Akhanda Hatha Yoga (lignée de Rishikesh)

Ce cours  recouvre principalement trois des huit piliers (ashtanga) des Yoga Sutras de guru Patanjali (entre le 2ème siècle avant et le 2ème après Jésus-Christ): asana (postures physiques), pranayama (techniques de respiration) et pratyahara (retrait des sens). Asana est le 3ème pilier qui vient après les règles éthiques (yama et niyama) et avant pranayama. Dans le "Hatha Yoga Pradipika"  du guru Svatmarama (15ème siècle après J.-C.),  asana est le 2ème pilier après satkarma (techniques de purification). Yogi Gheranda (500 après J.-C.) aussi place asana au 2ème chapitre avant mudra.

On dit que les sages Indiens observaient les mouvement de toutes sortes d'êtres vivants et spécialement ceux que les animaux adoptaient pour se soigner. De cette observation sont nés les asanas. Le système des asanas emploie des postures comme moyen de guerison et de maintien de la santé. Lors de ces mouvements précis, les muscles, organes et nerfs sont sciemment comprimés et étirés. Cet auto-massage est particulièrement efficace pour équilibrer la production des différentes glandes. Exemples: Quand nous exécutons des inversions, nous stimulons l'hypothalamus qui, par effet de cascade, régule une grande partie des autres glandes du corps. Celles-ci sont responsables du métabolisme, du système immunitaire, de la reproduction et des réponses du corps lors de stress. Les postures qui travaillent la souplesse de la colonne vertébrale n'améliorent pas seulement la mobilité mais aussi, via nerfs spinaux, les fonctions du système nerveux. Le yoga appelle  celui-ci  "les 72'000 nadis" avec principalement ida nadi (parasympathicus), pingala nadi (sympathicus) et sushumna nadi (canal principal pour l'énergie kundalini). La bonne circulation et le bon dosage d'énergie n'apportent pas seulement le bien-être physique mais aussi le bien-être psychique.

Dans le yoga, on considère le souffle comme vecteur de prana (énergie vitale), et il est évident que l'apport d'oxygène constitue la priorité absolue pour le bon fonctionnement de l'organisme. Le mode de vie sédentaire devant un ordinateur réduit la capacité des poumons et affaiblit le diaphragme. Pranayama fait intervenir à la fois le diaphragme et les muscles intercostaux. Ces exercices apportent des résultats spectaculaires chez un grand nombre de pratiquants. Maîtriser une respiration profonde, dosée et rhythmique constitue un atout considérable pour gérer le stress qui est facilement accompagné par une hyperventilation. Les dernières recherches scientifiques décrivent  l'effet de pranayama sur les récepteurs dans le système respiratoire et leurs connexions avec le nerf vagus, le plus grand nerf du système parasympatique qui régule presque tous les organes. Le pranayama prépare l'esprit tout naturellement pour les prochaines étapes du chemin du yoga: pratyahara (retrait des sens) et dharana (la concentration) qui elles sont la base pour la méditation (dhyana). C'est dans l'état de méditation profonde que l'être humain peut espérer d'atteindre samadhi (illumination).

Le troisième aspect de la séance de Akanda Yoga concerne pratyahara, l'introspection et la prise de conscience. En retirant l'attention des stimuli externes et en la guidant aux sensations internes du corps, de l'âme et de l'esprit, d'anciennes blessures ou bloquages peuvent être surpassés et guéris.

 

 

 

 

 

Akhanda Hatha Yoga
© 2018